repereshistoriques

La résistance du Djurdjura

El Aouana connue depuis l’antiquité comme étant un repère d’orientation pour les navigateurs de part sa position et ses abris naturels , durant les siècles précédents sur les cartes des anciens portulans le nom BALLAFIA designe  l’espace compris entre  Ras El-Afia(Grand-Phare) et Cap Cavallo, le nom BALLAFIA  fait référence à Dziret El-AFIA ( Dzira Elkbira), à ne pas confondre avec Ras Afia(Grand Phare).

Sur les plus anciennes cartes maritimes* allant de l’antiquité classique jusqu’au 19eme siècle on constate que  ILES CAVALLIS et BALLAFIA sont clairement mentionnés, sur d’autres cartes en latin les iles  portent le nom EQUORIUM INSULARUM  ce qui signifie(iles de Cavallo جزر الخيل). Sous l’ère de la  Mauritanie Césarienne El Aouana est citée comme étant  un promontoire Audon de Ptolémée( Audus promontoire).

Le nom EL-AOUANA attribué a la commune, vient de la tribu (caidat d’El-Aouana دوار العوانة), cette tribu est située à 14 kilomètres à l’Ouest de jijel, est composée de huit (8) fractions (1).

Périodes à retenir:

  • La tribu d’EL Aouana délimitée, désignée et constituée par arrêté du 25 octobre 1891 , elle se compose alors des fractions suivantes : Ouled-Boubker, Ouled-Tebaan(Tbaana), Ouled-Saad, Beni-Sekfal, Khracha, Beni-Khzar, Arb-Aftis, et Ouled-Mhamed.
  • Le centre de population coloniale est créé par arrêté du 13 janvier 1900.
  • La commune est constituée par arrêté du 15 janvier 1957 sous l’appellation CAVALLO-ELAOUANA. 
  • La commune continue de porter le nom CAVALLO-ELAOUANA jusqu’en 1965, suite au décret n° 65-246 du 30 septembre 1965 paru dans le journal officiel du 7 décembre 1965, le nom CAVALLO est supprimé, la commune garde son appellation d’origine: ELAOUANA.

Extrait du journal officiel du Gouvernement général de l’Algérie 25/Octobre/1891 page 1083 

Extrait de l’ouvrage , REVUE AFRICAINE LE ROYAUME D’ALGER SOUS LE DERNIER DEY  Louis RINN, année 1851 dont figure les fractions faisant partie du douar EL-AOUANA.

La tribu d’El Aouana, désignée par arrêté du 23 mars 1889, pour l’application du Sénatus-Consulte est située dans la commune mixte de Tababort à 14 kilomètres environ de la ville de Djidjelli, Elle est limitée :

  • au Nord par la mer Méditerranée ;
  • à l’Est par le douar Beni-Kaid (commune de Djidjelli) et le douar de Mrabet-Moussa(commune de Dusquene) ;
  • au Sud par la tribu de Beni-Foughal;
  • à l’Ouest par la tribu de Tababort.

Ce territoire excessivement accidenté et couvert en grande partie de boisement a une superficie totale de 9,328 hectares et une population de 2883 habitants, Les gens d’El-Aouana n’ont jamais pu être subjugués par les Turcs auxquels il ne payaient pas l’impôt, Obligés de reconnaître la domination française en 1851 et 1855, ils participèrent à tous les mouvement insurrectionnel qui éclatèrent dans la région de 1860 à 1871. A la suite du séquestre collectif apposé sur leurs biens, ils abandonnèrent à l’état à titre de rachat un cinquième de leur territoire, Les indigènes d’El-Aouana n’ont pas d’industrie ; ils sont sédentaires, ils tirent toutes leurs ressources de la culture de céréales, de vergers et jardins, et surtout de l’élevage du bétail auquel l’existence de terrain broussailleux assure en tout temps des pâturages. Leur cheptel se compose de 6033 têtes dont 3500 chèvres, ils payent annuellement 11,500 fr d’impôt La délimitation périmétrique n’a soulevée aucune contestation, la propriété affecte essentiellement le caractère privé, Population : 2883 ; groupes domaniaux : forets, 3724 h,30 a, autres immeubles ; 939 h,27a,81c, immeubles affectés : services communaux:261 h,04 a ; groupe de propriété privé 4222 h 77 a., 19 a ; domaine public : 180 h, 61a.